Soutien à la création
chorégraphique

Création d\'un
centre socio-culturel

Echanges Culturels

Soutien à la création chorégraphique

Une des caractéristiques principales des habitants "du Pays des hommes intègres" est sans aucun doute, l'affection populaire pour les traditions culturelles. Le Burkina Faso accueille les évènements culturels les plus en vue du continent.

Le Burkina Faso compte plus de 60 groupes ethniques, chacun avec ses propres valeurs culturelles et son modèle d'organisation de la société. Comme d'autres sociétés Africaines, la société Burkinabé n'a pas de culture structurée au sens moderne du terme. Pour découvrir la culture secrète de ses sociétés, il est nécessaire de suivre les évènements qui ponctuent la vie des villages; notamment les rites d'initiation, les mariages, les récoltes, les funérailles... et certains éléments distinctifs de cette culture dont entre autres :                                                            
 

La tradition orale : considérée par les sages africains comme la culture de base de la société. Elle constitue une importante source historique pour les jeunes générations.

La musique et la danse sont utilisés comme moyen de divertissement, et d'expression des sentiments et des émotions.

Les arts ont une grande valeur au Burkina Faso. Ils ont une portée utilitaire et visent à satisfaire des besoins sociaux (communication, sacré...).

Au niveau de L'artisanat, divers produits de l'artisanat sont issus du Burkina Faso, de beaux objets allant de la vannerie au tissage, à la poterie en passant par de la maroquinerie et d'autres objets artistiquement élaborés, transmis de génération en génération et utilisés dans la vie quotidienne par les populations.

Le gouvernement du Burkina Faso organise des événements internationaux dans les domaines de la culture et de l'artisanat sur une base régulière. Les plus connus sont :

·         Le SIAO , le salon international de l'artisanat de Ouagadougou, organisé chaque deux ans, et qui représente la plus grande exposition d'artisanat du continent Africain;

·         Le FESPACO , le Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou, qui a lieu une année sur deux.

Ces deux événements sont les évènements culturels les plus importants du continent africain.

·         La SNC , la Semaine Nationale de Culture, est aussi un évènement très important culturellement au Burkina Faso. Il a lieu chaque année à Bobo-Dioulasso

Le Burkina, c’est également un élan de créativité et de modernité marqué par des évènements d’envergure internationale. Le festival international de cultures urbaines Waga Hip Hop  fait vibrer la capitale du Burkina Faso aux rythmes revendicateurs du hip hop africain, cette musique encore jeune symbole la nouvelle jeunesse africaine, de la nouvelle afrique.

Le festival « Dialogue de corps », rendez-vous incontournable de la création contemporaine Africaine.

Malgré  la dynamique culturelle du Burkina Faso constatée depuis quelques années, les artistes sont toujours confrontés à des difficultés communes qui ont autant d'entraves à la promotion de la culture et des arts :


• absence de statuts pour les artistes et les promoteurs culturels;

• absence de lieux adaptés de répétition et de création
• absence d'une fiscalité tenant compte des spécificités du secteur;
• absence d'un cadre de concertation et d'actions des acteurs culturels;
• insuffisance des financements consacrés à la culture.

 

Si l’association DYANAKO a pour but de développer les Cultures d’Afrique de l’Ouest en France, elle tient tout particulièrement à soutenir le développement culturel au Burkina Faso.

Elle accueille régulièrement des artistes burkinabés à Saint-Etienne dans le cadre d’échanges culturels. Elle propose, dans ce cadre des stages d’été à Bobo-Dioulasso pour générer des ressources sur place à destination des artistes Burkinabés.

 

L’association soutient dans ce cadre l’ensemble Tassira, compagnie de danse et de musiques d’Afrique de l’Ouest dont Seydou Boulé est le chorégraphe et également une jeune compagnie de 15 danseur  hip hop «Fashion city ».  Le but est de leur donner les outils afin qu’ils puissent être reconnus et vivre de leur art. La finalité étant de leur permettre de se produire à terme à l’international et notamment en France.

C’est dans ce cadre que l’association a invité ses membres, pour une visite de 3 mois, à Saint-Etienne au printemps 2012. L’association a produit leur spectacle et organisé des stages et interventions pédagogiques dans les écoles ou MJC de la Ville. Les danseurs ont également participé en lien avec SOLICOOP42 un échange culturel avec la compagnie Melting Force.

L’intérêt est de les accompagner à se construire un réseau professionnel pour pouvoir mener leur propre projet personnel de retour au Burkina au sein de l’association partenaire Gnetah.

 

Les actions de Dyanako s’inscrivent dans le cadre de la coopération décentralisée entre la ville de Saint-Etienne et de Bobo-Dioulasso.

C’est dans ce contexte que l’association s’implique depuis plusieurs années dans un projet de création d’un centre chorégraphique à Bobo Dioulasso, capitale Culturelle du burkina Faso.